Cam torride avec une femme

Femme sexy & nue en cam

Une pétasse à enculer pour la première fois

Il y a plusieurs années, je venais de sortir de mon premier mariage qui avait été une perte totale ; la fille, également son premier mariage, me harcelait tellement que je ne pouvais presque pas me résoudre à avoir des relations sexuelles avec elle malgré sa bonne mine naturelle. Je suppose que c’est vrai ce qu’on dit, que “L’apparence ne fait pas tout”. Comme c’est généralement le cas, j’ai commencé à chercher de nouveaux partenaires dans la Scène du bar. Un soir, j’étais en ville avec un ami masculin qui s’appelait Chuck. Nous sommes allés dans un bar local de style country & western dans la ville voisine pour voir ce que nous pouvions trouver.

En entrant dans le bar, il y avait une file de gens des deux côtés du couloir, comme si les gars et les filles inspectaient le bétail au marché. La dernière fille de la file était une fille à l’air un peu casanier avec un énorme ensemble de culottes et un gros cul large mais bien formé. Je me souviens avoir pensé qu’elle ressemblait à une sorte de chien, du genre qu’on dit “si laid que c’est mignon”. Vous savez ce qu’on dit qu’il arrive aux filles à l’heure de la fermeture.

Quelques heures plus tard, mon ami Chuck vient à la table avec une belle brune morte et avec elle, la poulette à tête de chien. Elle s’appelait Louise. Elle s’est assise à côté de moi et nous avons commencé à parler, je ne me souviens plus de quoi. À ce moment-là, j’en avais déjà descendu quelques-unes et j’étais plus facile à satisfaire que plus tôt dans la soirée, et les choix avaient été assez minces. Il était évident que Chuck allait s’associer avec la Baby Doll, me laissant l’autre pour moi. Je suppose que j’ai rationalisé que c’était mon devoir de faire cela pour Chuck, et que cela ne me ferait pas de mal non plus. Et en plus, je commençais à être excité par l’un des plus grands ensembles de pichets que j’avais jamais vu sauf dans les magazines.

J’ai laissé ma main tomber sur les genoux de Louise, et je l’ai relâchée entre ses cuisses, juste pour lui faire savoir où mon esprit allait. Elle a serré ses cuisses contre ma main, comme pour indiquer qu’elle aimait l’avoir là. En quelques minutes, nous avions décidé d’aller à la caravane de Louise, juste en dehors de la ville, pour boire de la bière et faire la fête. Après un rapide arrêt pour boire de la bière, nous sommes arrivés à la caravane de Louise ; nous avons dû entrer par la fenêtre, mais je ne me souviens plus pourquoi. Une fois à l’intérieur, Louise m’a apporté une bière et, à la moitié du trajet, elle s’est excusée pour se mettre plus à l’aise. Quand elle est revenue, elle portait une longue chemise de nuit en satin jaune clair. Rien n’aurait pu l’aider à faire face, mais je dois admettre que tout le reste était excitant. Tout ce qui avait trait au sexe était plus important que ce à quoi j’étais habituée. De plus, elle n’était pas grosse, juste grande. Ses grands traits physiques étaient tous en proportion et lui donnaient une mystique sexy plus grande que nature qui m’excitait encore plus à chaque minute. Ces seins devaient être du 105D et je n’avais jamais eu les mains sur quelque chose comme ça jusqu’à présent, c’est-à-dire.

Elle s’est assise sur le canapé à côté de moi et nous avons immédiatement commencé à nous embrasser passionnément, les langues et tout le reste. C’était rafraîchissant de pouvoir se passionner avec quelqu’un qui n’aime pas les jeux et qui ne veut pas que je saute à travers un tas de cerceaux pour faire l’amour. Ma main est entrée dans la chemise de nuit et a à peine trouvé assez de place à l’intérieur de la chemise de nuit moulante pour descendre sous une de ces monstrueuses cruches et la soulever, en sentant son poids. Sa main était sur mes genoux, sentant la taille de mon érection.

C’est à peu près à ce moment-là que l’autre couple, Chuck et la Baby Doll, est arrivé. J’avais presque oublié qu’ils venaient aussi. Je les ai trouvés une distraction ennuyeuse à ce moment critique, mais que diable ? Après une ou deux bières, Chuck et sa copine se passionnaient, et ne voulant pas les regarder, j’ai suggéré à Louise de se retirer dans sa chambre. Elle m’a conduit dans une petite chambre avec un lit double à l’arrière de la caravane. Sur le lit, je lui ai donné un autre baiser mouillé et elle a commencé à enlever ma chemise et mon pantalon. Louise m’a fait asseoir sur le côté du lit et s’est penchée en arrière. En un rien de temps, mon bâton disparaissait dans sa bouche et elle prenait toute la longueur sans problème. Après quelques minutes de ce traitement, elle m’a placé sur le dos au milieu du lit. Elle a produit quelques longueurs de corde et m’a demandé si elle pouvait m’attacher aux poteaux du lit, juste pour s’amuser un peu plus. “Bien sûr, pourquoi pas ?” Je lui ai répondu. J’étais dans presque n’importe quoi à ce moment-là et si ça l’excitait, alors tant mieux. Une fois les deux mains attachées aux poteaux du lit, je me suis allongé en éventail ; Louise m’a lancé une de ses grosses cuisses charnues et s’est mise en position. Notre baiser français l’avait déjà excitée et elle a pu s’enfoncer lentement mais sûrement sur ma queue dure comme du roc. Elle a commencé à se balancer au ralenti en savourant chaque mouvement, puis elle s’est mise à rebondir sur toute la longueur de ma bite.
Ses gros seins se sont affaissés près de mon visage, et j’ai pu sucer ses seins sans même avoir à me lever de l’oreiller. Elle rebondissait toujours avec excitation, faisait des commentaires sur mon bien-être et s’exclamait “C’est sooo biiiggg ! J’ai besoin de ça depuis si longtemps” ! Ses monstrueux nichons se cognaient les uns contre les autres en rythme avec les coups qu’elle me donnait. Sa chatte était étonnamment serrée et satisfaisante malgré sa grande taille. J’ai bien fait de ne pas jouir en elle avant d’être prêt. Au bout de quelques minutes, Louise m’a roulé dessus : “Oh, Bébé, c’était si bon. J’ai adoré ça.” Je lui ai dit de me détacher pour que nous puissions passer à la phase suivante. Elle a obéi en défaisant les cordes qui m’attachaient au lit. Une fois libéré, je l’ai fait rouler sur le dos et lui ai enfoncé ma bite encore dure. Il n’y avait qu’une seule façon de vouloir la baiser : Dure. J’ai attrapé ses deux jambes et les ai jetées par-dessus sa tête, j’ai coincé ses genoux près de sa tête et j’ai poussé mes hanches contre les siennes, les couilles, en giflant son gros cul. C’était vraiment excitant de la voir serrer les dents, fermer les yeux et gémir d’extase : “C’est tellement énorme ! C’est ça, chérie, juste là, OOOOH mon Dieu, qu’est-ce que tu essaies de faire ? AAAAHHHHH, AGHHHHHH ! HMMMMMMMMMM,
HMMMMMMMMM, Nous sommes arrivés tous les deux simultanément et je me suis effondré sur elle presque complètement essoufflé. Ma bite est redevenue normale et a glissé hors de sa chatte trempée.

Nous avons parlé un moment, allongés côte à côte ; elle m’a dit qu’elle avait deux grands enfants et que son mari s’était suicidé il y a quatre ans et combien il était difficile de vivre seul. Je comprenais pourquoi elle avait du mal à vivre seule et à avoir des envies de sexe comme elle le faisait. À peu près à ce moment-là, la porte s’est ouverte et Chuck a coincé sa tête à l’intérieur. “Heh, qu’est-ce que vous “faites tous” ?” Sans même demander la permission, il est entré dans la pièce en entraînant Baby Doll avec lui. Il y avait juste assez de place sur le lit pour nous quatre, mais nous étions tous amis maintenant.

Après quelques minutes de conversation sans intérêt, Chuck a retourné Baby Doll à quatre pattes et a positionné sa bite sur son ouverture déjà bien baisée. Alors qu’il insérait son organe et commençait à marteler cette beauté, j’ai placé ma tête sous la sienne et l’ai embrassée passionnément sur les lèvres, et sans même réfléchir, j’ai trouvé son clitoris avec ma main droite et j’ai commencé à le masser alors que Chuck lui enfonçait ses hanches dans les fesses. Après quelques minutes de cette action, Chuck s’est tendu et a commencé à gémir en vidant son deuxième ou peut-être troisième chargement de la nuit dans sa douce chatte. Je savais déjà quelle était l’odeur de sa chatte en reniflant mon doigt.

Nous étions tous allongés sur le lit, serrés les uns contre les autres ; heureusement, j’étais entre les deux filles, n’étant pas pressé de me frotter les cuisses avec Chuck. La conversation a porté sur les intérêts sexuels. Chuck a demandé à Baby Doll si elle aimait les fesses. Elle a répondu que non, mais que Louise le ferait. Il y avait une idée. Je n’avais jamais fait d’anus, mais j’avais lu que c’était très bon. Aucune des salopes coincées que je connaissais n’aurait jamais toléré un doigt dans le cul, encore moins 15 cm de bite dure.

J’ai fait rouler Louise à quatre pattes et j’ai attrapé un flacon d’huile pour bébé situé à côté du lit. Ma bite était pleine et dure à force de jouer avec la Baby Doll. J’ai lubrifié la tête et j’en ai aussi renversé un peu sur le trou du cul de Louise. L’instant d’après, la tête de ma bite disparaissait lentement mais sûrement dans le cul de Louise. Elle s’est penchée un peu en avant, ne voulant pas tout avoir en même temps. “Doucement, chérie, c’est serré là-dedans. Je, je n’ai pas fait ça…… depuis un moment. OOHHHH, OOOOOHHHH, putain c’est bigggg !. HHHHMMMMM, AAAHHHHHH, Ok, Lover, vas-y. J’ai commencé à appliquer une pression, en regardant ma canne à pêche disparaître dans son cul ; juste pour la chance, j’ai frappé une de ses grosses fesses plusieurs fois avec ma main ouverte et j’ai laissé une légère marque rouge. Chuck, pour ne pas être en reste, a giflé l’autre avec sa main, laissant une marque sur cette joue. Baby Doll a poussé un cri de joie en voyant son ami se faire botter le cul. Et martelé est le mot juste, je me suis laissé aller et très vite, c’était comme si je forais du pétrole, en allant plus profond à chaque coup et en accélérant le rythme. Louise ne faisait pas beaucoup de bruit, sauf un grognement ou un gémissement occasionnel, elle serrait surtout les dents et s’accrochait à l’une des meilleures ébats sexuels qu’elle ait eus depuis longtemps, et je suis sûr que ce n’était pas la seule fois qu’elle avait dragué un mec dans ce bar. Je suis venu en force, mais je n’ai probablement pas fait gicler grand-chose, car elle avait tellement de sperme dans la chatte.

Cette fois, je savais que j’étais épuisé. Chuck voulant se faire Louise, s’est renseigné sur l’échange, mais je voulais que Louise se sente bien, alors j’ai décliné l’occasion de me mettre au dessus de Baby Doll. Je me suis maudit au fil des ans pour ne pas avoir grimpé sur la superbe brune juste pour sauver les sentiments d’une fille avec une tête de chien, mais elle avait un corps de dynamite. C’était tous les seins et le cul que je voulais en un seul temps et en un seul lieu.

Quand nous avons quitté la caravane, Louise m’a montré la porte. Baby Doll était évanouie sur le canapé et Chuck partait avec moi. Il devait être 4 heures du matin. C’était une nuit d’enfer pour toutes les personnes impliquées. Louise m’a mis dans la main un morceau de papier avec son numéro de téléphone. Elle se lamentait de ne plus jamais me revoir – je suppose qu’elle était habituée aux coups d’un soir. “Je reviendrai”, lui dis-je. “Non, tu ne reviendras pas”, me répondit-elle. Elle avait raison.

pétasse à enculer

© Copyright 2019 https://www.sexcorrect.com/ - Tous droits réservés