Cam torride avec une femme

Femme sexy & nue en cam

Rencontre avec un peintre indépendant – Un sexe artistique

Je suis un homme de 35 ans qui a une belle femme et une fille de 4 ans. Les choses allaient bien entre ma femme et moi. Nous étions heureux. Mais ces derniers temps, c’est cette salope grincheuse qui n’arrête pas de râler sur tout ce qui se passe à son travail. Elle me crie toujours dessus, sur notre enfant. Il est évident que notre vie sexuelle en est affectée plus que jamais. Je voulais la paix. Un soir, un de mes collègues m’a proposé une application de rencontre. Il m’a montré comment l’utiliser et m’a dit : “Il faut juste que tu fasses un bon coup, c’est tout”. Je l’ai utilisée pendant une semaine, mais je n’ai pas trouvé de bon partenaire. J’ai trouvé une correspondance sur un autre site de rencontres que j’ai trouvé méchamment. Elle était sexy, vraiment sexy. J’ai vérifié son profil avec soin. Amy, 27 ans, peintre indépendante. Sur sa première photo, elle portait une robe courte en dentelle rouge. Je lui ai envoyé un SMS pour la taquiner, lui demandant si elle s’intéressait à la peinture corporelle, sa réponse m’a époustouflé : “Je suis plus intéressé par les portraits, mais je suppose que ce ne serait pas si mal si j’explorais les courbes plutôt que l’uni pendant une journée ;)”. Nous avons convenu de nous rencontrer chez elle. Elle vivait seule. Une rencontre avec un peintre indépendant serait tellement agréable que je ne le savais pas.

Un samedi soir, j’ai menti à ma femme en lui disant que j’avais une réunion d’urgence au bureau et que j’étais allé chez elle. J’ai frappé à la porte de son appartement et en quelques secondes, elle a ouvert la porte. Elle ne ressemblait en rien à un peintre, ce que nous nous imaginons habituellement comme les peintres typiques sur notre tête. Dans mon cas, j’espérais qu’elle porterait une vieille robe blanche remplie de couleurs différentes. Mais à la place, elle portait un tee-shirt blanc ample avec un short bleu en denim. Elle m’a souhaité la bienvenue. C’était un petit appartement, tout était en désordre. Elle m’a demandé de m’asseoir sur le canapé et est allée à la cuisine pour apporter du whisky. Alors qu’elle se dirigeait vers la cuisine, j’ai remarqué qu’elle avait tiré son tee-shirt sur le côté gauche et fait un nœud. Cela m’a permis de voir son nombril. C’était l’aguiche de ma rencontre avec un peintre indépendant qui allait plus tôt me montrer le film en entier.

Et c’est là que j’ai remarqué qu’elle avait un petit tatouage rose de couleur bleue avec des épines sur le bas-ventre gauche. Nous avons alors parcouru ses peintures, elle me décrivait chaque histoire qui se cachait derrière les peintures. Je sentais qu’elle était à l’aise avec moi. À un moment donné, je l’observais pendant qu’elle parlait et nos yeux se croisaient. Ses yeux étaient si profonds que je n’avais pas remarqué cela jusqu’à présent. Mais cela n’a pas duré longtemps. Elle m’a demandé d’attendre dans la chambre et est allée au réfrigérateur et a apporté une bouteille de sirop de chocolat, elle a regardé mon visage et en me voyant surprise, elle a dit : “Quoi ? Nerveuse à propos du body painting ?”. J’ai souri. Elle s’est approchée de moi, nos lèvres se sont rencontrées, pendant qu’elle déboutonnait ma chemise. Elle s’est servie de la bouteille de sirop comme d’un pistolet et a pointé son doigt sur mon cou, l’a serré de manière à ce que le sirop dégouline vers mon estomac en passant par ma poitrine.

Elle m’a poussé à m’allonger sur le lit et s’est mise sur moi, a commencé à me lécher le ventre, s’est arrêtée au lobe de mon oreille, l’a sucé et a murmuré : “Les plaines ne sont plus mon choix, je suppose”. Son souffle chaud m’a fait trembler. J’ai saisi sa taille et je l’ai épinglée au lit, côte à côte, et mes deux premiers doigts ont lentement parcouru son tatouage, puis son nombril, puis en déboutonnant son short, je suis descendu à sa culotte. Elle était déjà tellement mouillée, putain. Pendant tout ce temps, on avait l’impression de ne pas pouvoir cligner des yeux pour une fois. J’ai commencé à lui frotter lentement le clitoris. Son visage était parfait, et j’aimais la taquiner comme ça. J’ai continué en lui tendant le cou, en suçant pour tirer une petite portion de muscle, puis pour atténuer la douleur, je l’ai embrassée et j’ai léché la portion. Sans ouvrir son tee-shirt, j’ai utilisé ma main gauche pour dégrafer son soutien-gorge. Elle était sur le point d’ouvrir le tee-shirt, mais je me suis arrêté. J’aimais ça comme ça. Je n’avais presque pas d’aventure dans ma vie et cette liaison avec un peintre indépendant me rendait déjà folle.

J’ai attrapé son sein avec ma main gauche et je jouais encore avec sa chatte avec l’autre. Je me suis alors levé, je me suis assis par terre, j’ai plié le genou, je l’ai tirée vers moi et j’ai enlevé son short et sa culotte aussi. J’ai placé le bout de ma langue sur son vagin humide qui dégoulinait littéralement, je l’ai léché jusqu’à ce que j’en prenne la dernière goutte. Je me suis ensuite levé, j’ai défait mon pantalon, j’ai baissé mon caleçon, exposant ma bite 7′ complètement érigée, j’ai étiré un peu plus sa chatte et je l’ai enfoncée. A la première poussée, elle a gémi : “Oh oui !”. J’ai placé ma main sous sa taille, je l’ai serrée pour ne pas lâcher la prise, de la main gauche j’ai retiré le reste de ses vêtements, exposant ses tétons juteux de couleur marron clair. Ils étaient durs, pointant vers le haut. J’ai progressivement augmenté la vitesse, j’ai sucé son sein et j’ai joué avec son sein comme je voulais ; je l’ai tiré, je l’ai pincé, j’ai clignoté de temps en temps, et j’ai continué à baiser.

Tout ce que je faisais, chaque mouvement qu’elle appréciait. Nos cuisses se frappaient l’une l’autre en baisant, ce bruit, qui augmentait progressivement, son gémissement tout m’excitait de plus en plus. La courbe exacte de ma bite était parfaite pour frapper son point G, ce qui la faisait gémir encore plus fort. Elle giclait comme une bête. Mais je n’étais même pas près d’éjaculer. Alors elle l’a repris, je regardais son expression changer à la seconde près, ses seins bouger comme je la baisais. À ce moment-là, je me suis senti un peu con et j’ai immédiatement sorti ma bite et j’ai explosé comme l’enfer sur ses seins. Après un très long moment.

Elle m’a appelé “Gentle Destroyer” après cette nuit-là. Je ne regrette pas d’avoir trompé ma femme. Je l’aime, mais je suppose que tout le monde mérite d’avoir l’esprit tranquille, même si c’est pour deux heures et que ces deux heures de “Hookup” avec un peintre indépendant ont été l’une de mes meilleures expériences sexuelles.

webcam sexe en ligne

© Copyright 2019 https://www.sexcorrect.com/ - Tous droits réservés