Cam torride avec une femme

Femme sexy & nue en cam

Première nuit en tant que femme soumise

17 heures. Enfin – elle avait commencé à penser que la journée allait durer une éternité. Avec plusieurs frappes rapides, Valérie a signé sur l’ordinateur sur son bureau. Alors que la machine s’éteignait et que le doux bourdonnement du processeur s’arrêtait, le téléphone a sonné. Elle l’a regardé fixement. Il était cinq heures un vendredi après-midi, pour l’amour du ciel ! Qu’est-ce qui était si urgent que ça ne pouvait pas attendre jusqu’au lundi ? Si c’était encore ce satané M. Mackey…

Pendant une minute, elle a envisagé de laisser simplement le téléphone sonner ; la personne en question pourrait rappeler lundi. Le bruit était insistant, difficile de résister et finalement, avec un roulement de yeux, elle a soulevé le récepteur.

“Agence immobilière, Valerie à l’appareil”, s’est-elle annoncée.

“Je veux t’emmener dehors ce soir,” une voix profonde et familière a résonné dans son oreille sans préambule. “Dans un endroit spécial.”

“Nathan !” Valerie a respiré. Un délicieux frisson a parcouru son échine au son de sa voix. “Je ne pensais pas que tu serais déjà de retour.”

Il n’a pas répondu. Au lieu de cela, il a continué comme si elle n’avait pas parlé. “Porte la robe bordeaux. Sois prête à sept heures.” Il n’a pas attendu de réponse. Quelque peu décontenancée par sa brusquerie, Valérie a écouté le bip-bip d’une ligne déconnectée.

Il aurait pu au moins attendre son consentement, pensa-t-elle. Mais elle n’était pas contrariée. À vrai dire, les surprises inattendues qu’il lui réservait parfois étaient l’une des choses qu’elle aimait chez Nathan. Cela faisait maintenant cinq mois qu’ils se voyaient. Et il était merveilleux. Gentil, attentionné, avec un super corps : tout ce qu’une femme peut souhaiter.

Ses pensées ont dérivé jusqu’au jour où elle l’a rencontré pour la première fois, il y a tous ces mois. Ce qui avait commencé comme le pire jour de sa vie, s’était avéré être l’un des meilleurs. M. O’Leary s’est fait porter pâle ce matin-là et elle a passé la majeure partie de sa journée à reprogrammer des rendez-vous et à calmer des clients furieux. À la demande spéciale de M. O’Leary, elle était allée ce soir-là rencontrer elle-même un client, une dame âgée qui vivait dans les collines. Sur le chemin du retour, sa voiture est tombée en panne. Pour aggraver une mauvaise situation, la batterie de son téléphone portable était à plat. Désespérée, et un peu effrayée d’être seule dans les collines si tard, Valérie avait sonné à la porte d’une villa blanchie à la chaux avec des portes et des volets bleus. Nathan avait ouvert la porte. Il s’était montré très chevaleresque, lui avait permis d’utiliser son téléphone pour appeler l’AAA, puis lui avait dit qu’elle devait attendre à l’intérieur jusqu’à l’arrivée du camion de service. Deux jours après, il l’avait appelée et lui avait demandé un rendez-vous.

Au début, Valérie avait essayé de le garder à distance. Elle n’était pas prête pour une nouvelle relation, encore blessée par la façon dont Matthew l’avait larguée pour cette danseuse de ballet. Mais Nathan avait insisté. Et comment pouvait-elle refuser un homme qui lui envoyait des fleurs et des cadeaux et qui souhaitait l’emmener dîner sur la terrasse au clair de lune du Bellarosa avec sa vue grandiose sur la ville ? Finalement, elle a cédé et lui a accordé un rendez-vous. Depuis, ils étaient inséparables. Sauf quand il devait quitter la ville pour des raisons professionnelles. Nathan travaillait en tant que producteur pour une société de production spécialisée dans les publicités. Il était parti mercredi dernier pour Santa Fe afin de tourner une publicité pour un shampoing et elle n’attendait son retour que lundi soir. Valérie s’était déjà résignée à un week-end solitaire de célibat forcé lorsque son appel inattendu est arrivé.

Revigorée par la perspective bien plus réjouissante d’un week-end passé avec Nathan, Valérie s’est empressée de fermer le bureau et de rentrer chez elle. Elle a vite constaté que la plupart des travailleurs de Los Angeles avaient eu la même idée et sa Hyundai Accent blanche s’est retrouvée désespérément coincée dans la circulation. Il était six heures moins le quart lorsqu’elle est entrée dans son appartement. Seulement quarante-cinq minutes pour se préparer. Et Valérie voulait être prête quand Nathan arriverait ; il n’aimait pas quand les gens étaient en retard. Il en voyait suffisamment dans son travail, disait-il, pour l’accepter aussi dans sa vie privée.

Elle s’est débarrassée de son costume d’affaires bleu foncé et a allumé la douche. Elle s’est autorisée à se prélasser dans le jet chaud pendant quelques minutes avant de se laver les cheveux. Après s’être essuyée, elle a appliqué de généreuses quantités de la lotion corporelle coûteuse que Nathan lui avait offerte. Il a dit que son parfum sur sa peau lui rappelait des champs verts et grands ouverts, couverts de douces fleurs. Valérie se doutait à moitié qu’il s’agissait d’une citation d’une publicité pour le produit mais elle s’en fichait. Lorsque Nathan lui chuchotait de telles choses à l’oreille alors qu’elle se prélassait dans la lumière du jour, elle était encline à le croire inconditionnellement.

Elle a enroulé une serviette autour de ses cheveux dégoulinants et a patrouillé jusqu’à la chambre pour s’habiller. Ce soir allait être spécial, et elle voulait être la plus belle. Elle a tenu la robe rouge devant elle et a étudié son reflet. Nathan l’avait achetée pour elle un samedi après-midi lorsqu’ils s’étaient promenés main dans la main sur Santa Monica Boulevard. Ce n’était pas le genre de robe qu’elle aurait choisi elle-même, a-t-elle pensé en caressant le tissu doux. Elle était d’une couleur bordeaux foncée, avec une doublure rouge plus vive qui soulignait le décolleté. Le décolleté très bas, gloussa Valérie, plus bas qu’elle n’était vraiment à l’aise. Nathan a dit que c’était sexy. Et oui, s’est-elle avouée en jetant un autre regard dans le miroir, la robe lui irait bien.

Elle a laissé tomber le vêtement sur le lit et s’est dirigée vers une commode. Nathan avait demandé qu’elle porte son cadeau ; c’était à elle d’ajouter les bons sous-vêtements et de créer une apparence immaculée. Non pas que quelqu’un d’autre que Nathan puisse voir l’image complète, bien sûr. Cependant, il avait le goût de la perfection. Valérie a ouvert un des tiroirs et a fouillé dans son contenu. La plupart de ses sous-vêtements étaient tout neufs, achetés au cours des quatre derniers mois, depuis qu’elle et Nathan avaient commencé à coucher ensemble. Sa main a frôlé une écharpe blanche en soie et elle l’a sortie, un sourire se formant autour de ses lèvres aux images associées à l’écharpe. C’était un autre cadeau de Nathan, un qu’il lui avait offert après une nuit de sexe particulièrement coquine. Ses joues se colorèrent à ce souvenir.

Il y a environ un mois, il l’avait emmenée voir un film et, après le spectacle, l’avait invitée à prendre une tasse de café tard dans la nuit. Pendant les quelques mois où ils se sont fréquentés, ces mots étaient devenus leur code pour “Je veux te faire l’amour”. Une fois entrés chez lui, ils se sont dirigés directement vers la chambre principale où Nathan l’a rapidement déshabillée. Puis, à sa grande surprise, il avait sorti plusieurs foulards blancs de sous l’oreiller, disant qu’il avait une idée. Sa voix avait été aiguisée par l’excitation.

Valérie avait d’abord protesté, naturellement. Mais il ne lui avait pas fallu longtemps pour la convaincre que c’était parfaitement sûr et qu’il ne lui ferait aucun mal ; elle avait cédé à sa curiosité et à son désir et avait permis à Nathan de l’attacher à son lit. Impuissante, elle s’était allongée là, vulnérable, exposée à ses yeux et à ses mains et incapable d’empêcher ce qu’il lui réservait.

Elle n’avait pas eu besoin de s’inquiéter. Nathan avait prodigué ses attentions sur chaque centimètre de son corps, la faisant démanger, tressaillir, frémir et se tortiller jusqu’à ce qu’elle jouisse encore et encore des orgasmes les plus violents qu’elle ait jamais connus. Avant de l’emmener chez elle, il lui a donné les quatre foulards. “Un rappel,” avait-il dit, “de ce que nous pouvons être, toi et moi”. Elle n’avait pas bien compris ce qu’il voulait dire mais les foulards lui rappelaient de bons souvenirs chaque fois qu’elle les touchait. Parfois, lorsqu’il était absent pour un tournage et que Valérie se sentait seule, elle nouait la soie autour de ses poignets et de ses chevilles, s’allongeait à plat ventre et nue sur le lit et imaginait ses mains sur elle jusqu’à ce qu’elle tremble de désir.

Quelque part, à l’extérieur, un klaxon a retenti. Avec un sursaut, Valérie est revenue à l’ici et maintenant. Il était six heures quarante-cinq. Quinze minutes pour finir de s’habiller, sécher ses cheveux et se maquiller. Elle allait devoir se dépêcher ; elle avait perdu pas mal de temps à rêver du passé. Valérie a mis les foulards de côté et s’est concentrée sur la recherche de ses sous-vêtements. Elle s’est arrêtée sur un string en satin couleur pêche, tout neuf. Elle l’a fait glisser le long de ses jambes et s’est accordée quelques précieuses secondes pour regarder son image dans le miroir. Oui, il était superbe. Une fois que Nathan l’aurait vue dans ce string, il aurait du mal à se contenir. Elle a souri, arraché la robe du lit et l’a fait tomber sur sa tête. La matière fine se conformait aux courbes de sa silhouette fine et accentuait ses longues jambes et ses seins fermes et ronds qui n’avaient pas besoin du soutien d’un soutien-gorge.

Elle s’est séchée les cheveux et a jeté un autre regard à l’horloge. Il reste cinq minutes. Elle a pris sa trousse de maquillage et a appliqué un peu de rouge à lèvres, de mascara et d’ombre à paupières. Pas trop, Nathan l’aimait au naturel.

Au moment où elle refermait le petit récipient contenant la poudre colorée, la sonnette de la porte a retenti. Valérie a de nouveau regardé l’horloge. Sept heures exactement. Pile à l’heure. Parfois, elle se demandait si Nathan attendait devant sa porte jusqu’à ce que ce soit l’heure exacte. Sinon, comment faisait-il pour toujours arriver à l’heure dite ?

Elle a glissé dans ses talons noirs et est allée ouvrir la porte.

“Bonjour Valérie”, a-t-il dit en guise de salutation. Ses yeux bleus ont parcouru la longueur de son corps ; ils semblaient pénétrer le tissu fin de sa robe en prenant les courbes douces de ses seins et de ses hanches.

“Nathan”, a-t-elle chuchoté. Sa voix était rauque et elle a senti ses joues se colorer sous son regard tandis qu’en même temps, des papillons volaient dans son ventre. Il a souri d’un air entendu et pendant une seconde seulement, elle l’a détesté. Comment parvenait-il toujours, d’un seul regard, à la rendre aussi nerveuse qu’une écolière à son premier rendez-vous ?

Il s’est penché en avant et a déposé un baiser chaste sur sa joue. “Tu es magnifique. Exactement comme je l’avais imaginé. On y va ?” Il n’a pas demandé si elle était prête, il lui a simplement offert son bras. Valérie a attrapé son sac à main, les clés de la maison et un châle en laine -les nuits pouvaient être fraîches à cette époque de l’année et la robe à bretelles spaghetti n’offrait pas beaucoup de chaleur- et l’a suivi jusqu’à sa voiture. La Porsche noire brillait dans la lumière de la lune. Il lui a ouvert la porte et elle s’est glissée sur le siège passager. Nathan a contourné l’avant de la Porsche et s’est mis au volant. Elle l’a étudié du coin de l’œil. Il était habillé de façon décontractée : un pantalon gris foncé, un pull à col roulé noir et une veste gris plus clair. Pas du tout la tenue formelle à laquelle elle s’attendait d’après les instructions qu’il lui avait données au téléphone l’après-midi même. Elle se demandait si elle n’était pas trop habillée.

“Où allons-nous ?” a-t-elle demandé.

Nathan a souri. “Un dîner, pour commencer”, a-t-il dit. “Je suppose que tu as faim ?”

Valérie a hoché la tête. “Je suis affamée.” Le déjeuner avait eu lieu il y a sept heures.

“Bien”, a-t-il acquiescé. Valérie voulait lui demander quels étaient ses projets pour le reste de la soirée mais Nathan avait mis la voiture en marche et se frayait prudemment un chemin dans la circulation dense du centre-ville. Valérie s’est réinstallée dans son siège. Nathan lui dirait en son temps, et pas une seconde avant.

Il leur a fallu une demi-heure pour atteindre le restaurant qu’il avait en tête pour leur dîner de retrouvailles. Il s’est garé sur le côté du bâtiment, l’a aidée à sortir de la voiture et lui a offert son bras une fois de plus pour la conduire à l’intérieur. Valérie a souri pour elle-même. Il était toujours aussi gentleman. Une fois qu’ils sont entrés dans le restaurant, elle s’est arrêtée, surprise. De l’extérieur, l’endroit était assez quelconque. À l’intérieur, il était décoré avec un goût impeccable. Les murs étaient lambrissés de noyer coûteux poli d’un brun rougeâtre chaud. De lourdes nappes de couleur crème recouvraient plusieurs petites tables soigneusement dressées avec de l’argenterie scintillante et des verres brillants à pied fin. Une musique douce jouait à partir de haut-parleurs invisibles. Ce qui a vraiment choqué Valérie, cependant, c’est le manque de clients : le restaurant était vide. Un spectacle rare un vendredi soir, même s’il était encore tôt.

Valérie s’est tournée vers son accompagnateur. “Nathan, tu es sûr que c’est…”

Il a souri et a tapoté son bras. “Tu me fais confiance ?” Valérie a hoché la tête. “Alors ne pose pas d’autres questions”. Valérie a dégluti et a de nouveau acquiescé. Il l’a amenée à l’unique table au milieu du restaurant sur laquelle se trouvaient deux bougies allumées, a tiré son siège en arrière et lui a fait signe de s’asseoir. Des ombres sombres, un serveur est apparu. Son apparence a fait sursauter Valérie ; elle ne l’avait pas remarqué auparavant. Il leur a tendu leurs menus.

“M. Wells, Madame”.

Valérie s’est lentement rendu compte que Nathan avait dû louer tout le restaurant ce soir-là pour un dîner privé pour eux deux. Elle lui a adressé un sourire. “C’est… vraiment spécial.”

“Tu es une femme spéciale”, a-t-il dit. Il a traversé la table et a pris le menu encore non ouvert de ses mains. “Me laisseras-tu choisir ce soir ?”

Valérie a cligné des yeux et a fait un signe de tête. “Si c’est ce que tu veux”.

“C’est le cas”, a-t-il confirmé. Il a ouvert son menu et l’a étudié pendant quelques minutes. Le serveur est revenu avec une bouteille de vin rouge non ouverte.

“Monsieur ?” Nathan a jeté un coup d’œil à l’étiquette et a fait un signe de tête d’approbation. Le serveur a ouvert la bouteille et leur a versé un verre à tous les deux avant de poser la bouteille à côté du verre de Nathan. “Avez-vous fait votre choix ?”

“Oui, nous l’avons fait”, dit Nathan. “La dame prendra la salade César et je prendrai les fettuccine”.

“Excellent choix”, a commenté le serveur en emportant les menus.

Pendant qu’ils attendaient leur repas, ils ont parlé de la semaine qui les attendait. Nathan s’est plaint des nombreuses tâches d’un producteur. Il a amusé Valérie avec des histoires sur l’actrice coincée que l’entreprise avait engagée pour sa publicité de shampoing. “Parfois,” a avoué Nathan dans un murmure, “j’avais envie de la prendre sur mes genoux et de lui donner une fessée jusqu’à ce qu’elle implore sa pitié.”

Valérie s’est mise à rire. “Ce serait quelque chose”, a-t-elle dit. “Je ne pense pas que son agent le supporterait cependant. Ils te feraient probablement renvoyer.”

Nathan a hoché la tête. “Malheureusement, oui”, a-t-il admis avec un soupir théâtral. “Tout le monde n’apprécie pas un bon bronzage. Alors, comment s’est passée ta semaine ?”

Le dîner est arrivé et Valérie a raconté sa semaine à Nathan. Elle a mentionné M. Mackey qui appelait deux fois par jour tous les jours, exigeant de savoir pourquoi M. O’Leary ne lui avait pas encore trouvé l’appartement qu’il désirait. “Une autre personne qui aurait bien besoin d’une fessée”, a-t-elle gloussé, rougissant un peu à l’idée de donner une fessée au retraité de soixante-six ans.

Le serveur est venu chercher leurs assiettes. “Un dessert ?”

“Juste du café”, lui a dit Nathan.

Après l’arrivée des deux tasses de liquide noir fumant, son expression est devenue sérieuse. “Valérie…”

Elle a cligné des yeux devant l’intensité soudaine dans ses yeux bleus. “Oui ?” a-t-elle répondu, ressentant un frisson d’appréhension. Est-ce que tout cela était une façon élaborée de rompre avec elle ?

“Valérie,” a-t-il répété, “nous nous voyons depuis, quoi, cinq mois maintenant ? J’en ai apprécié chaque minute ; je pense que tu es une fille très spéciale. Si spéciale, en fait, que je veux t’emmener dans un endroit qui compte beaucoup pour moi.” Il a fait une pause, rassemblant ses pensées, et elle a attendu.

“Ce que tu es sur le point de voir pourrait te choquer. Je veux que tu gardes l’esprit ouvert. Donne-lui une chance. Je vois quelque chose en toi ; une qualité que tu ne sais probablement même pas que tu as. J’aimerais avoir une chance de la faire ressortir.”

Valérie a regardé Nathan, confuse. Elle n’avait aucune idée de ce dont il parlait et l’air perplexe de son visage en disait long. Il a soupiré.

“Je ferais mieux de te montrer”, a-t-il dit. “C’est beaucoup plus facile à expliquer comme ça. Tout ce que je te demande, c’est de rester une heure. Si tu veux toujours partir après ce laps de temps, nous partirons, et je ne te demanderai plus de venir avec moi. Tu peux faire ça pour moi ?

Cela n’a pas rendu les choses beaucoup plus claires. L’appréhension et une trace d’excitation parcouraient ses veines. Ses yeux bleus étaient si sérieux, l’expression sur ses traits si grave, cela devait être important pour lui. Valérie a hoché la tête. “Oui.” Elle avait l’impression qu’elle venait de prendre une décision qui allait changer sa vie à jamais.

Un sourire satisfait a joué autour de ses lèvres. “Alors, allons-y.”

Il l’a raccompagnée à la voiture. Après avoir conduit pendant quinze minutes dans les rues sombres, Valérie, native de la ville, n’aurait pas pu trouver le chemin de la maison sans indications. Nathan l’a emmenée dans l’une des zones industrielles du centre-ville, déserte et sombre à cette heure de la journée. Il a arrêté la voiture, a sorti quelque chose de sa poche et s’est retourné sur son siège pour pouvoir lui faire face.

“Valérie, je dois te demander de porter ceci.” Il a tendu quelque chose de petit et après quelques secondes à le fixer dans la faible lumière d’un lampadaire lointain, elle a compris que c’était un bandeau. Ses yeux se sont agrandis et elle s’est rétractée.

“Nathan ? Où m’emmènes-tu ?” Sa voix était incertaine et un peu effrayée.

Nathan a tendu la main et a fait glisser son pouce le long de sa mâchoire. “Valérie, je tiens beaucoup à toi et je ne laisserais jamais aucun mal t’arriver. Est-ce que tu le crois ?”

Elle a scruté son visage pendant une minute entière, puis a fait un lent signe de tête. “Je suppose que oui.”

“Alors mets ça s’il te plaît.”

Réticente, Valérie a attrapé le bandeau et l’a placé sur ses yeux. Le peu de lumière qu’il y avait a disparu et elle était enveloppée d’une obscurité totale. Elle a attaché les sangles derrière sa tête et a poussé un soupir frissonnant. Les lèvres de Nathan ont effleuré sa tempe, juste au-dessus du bandeau.

“Tu te débrouilles très bien”, a-t-il chuchoté à son oreille. L’affection dans sa voix l’a fait se sentir un peu mieux et elle s’est réinstallée dans son siège avec un mince sourire. Nathan a changé de vitesse et a démarré.

Cela n’a pas pris longtemps. Cinq ou dix minutes plus tard – c’était difficile à dire quand le bandeau la privait d’un de ses sens les plus importants – la voiture s’est de nouveau arrêtée.

“Tu peux l’enlever maintenant”, a dit Nathan en coupant le moteur. Valérie a arraché le bandeau de ses yeux et a cligné des yeux devant l’afflux soudain de lumière. Ils étaient dans un parking. Plusieurs voitures coûteuses étaient garées à côté des leurs ; elle a reconnu une Mercedes, une autre Porsche et deux BMW. Elle ne pouvait pas distinguer d’autres modèles, mais chaque voiture brillait au clair de lune et semblait valoir plus de deux fois son salaire annuel.

Nathan était sorti et avait ouvert sa porte. “Tu viens ?” Elle a accepté la main offerte et l’a laissé l’aider à sortir de la voiture. Elle a lissé nerveusement la robe sur son corps. “Ne t’inquiète pas, tu es magnifique”, a dit Nathan, sa main posée sur le haut de son bras. “Souviens-toi de ça. Une heure, d’accord ?”

Valérie a hoché la tête, ne faisant pas tout à fait confiance à sa voix.

Il l’a conduite au coin d’un bâtiment sombre de deux étages et a frappé à une porte. Deux coups rapides suivis de trois autres. “C’est un endroit très privé”, a-t-il expliqué. “Membres seulement”. La porte s’est ouverte pour révéler un homme noir d’au moins trois pouces de plus que les six pieds deux de Nathan. Il portait un smoking et la veste était tendue sur sa large poitrine. Le bruit sourd d’un rythme populaire le suivait. Apparemment, c’était une sorte de club. Valérie s’est demandée à quoi rimait tout ce secret. Si Nathan avait voulu l’emmener danser, ils auraient pu aller à peu près n’importe où en ville.

“Salut Bob”, a dit Nathan en saluant le portier.

Un sourire est apparu sur le visage du grand homme. “Bonjour, Monsieur Wells. Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vu.”

Nathan a souri en retour. “J’ai été très occupé.”

“Je vois ça”, commente Bob pendant que ses yeux observent Valerie. Elle a donné un frisson et s’est rapprochée derrière le corps de Nathan. “Elle est nouvelle ?”

“Oui,” Nathan a acquiescé. “Voici Valerie. Il est grand temps que je la présente à mes amis.”

Bob a gloussé. “Elle sera un sacré atout.”

Valérie a cligné des yeux. Un atout ? Elle n’aimait pas la façon dont le videur parlait d’elle, comme si elle était un… un objet, au lieu d’un être humain. Elle a levé le menton et a redressé ses épaules. “On peut entrer maintenant ?” a-t-elle demandé à Nathan, en ignorant ostensiblement le videur. “Il fait froid ici.” Elle réalisa qu’elle avait laissé son châle dans la voiture.

Bob a de nouveau gloussé. “Comme je l’ai dit, un sacré atout”. Il s’est écarté et leur a fait signe d’entrer. Valérie a suivi Nathan sur ses talons, se serrant plus contre lui lorsqu’ils sont passés devant Bob. Elle s’attendait à moitié à ce que le videur costaud la tripote et a été surprise qu’il ne le fasse pas.

Elle a suivi Nathan dans un court couloir, uniquement éclairé par une seule lampe à abat-jour, jusqu’à ce qu’ils arrivent à une autre porte. La musique était devenue plus forte et la lumière perçait à travers les fissures en haut et en bas de la porte. “Prêt ?” a-t-il demandé. Valérie a fait un signe de tête, même si elle n’avait aucune idée de ce pour quoi elle devait être prête.

Nathan a ouvert la porte et, avec sa main sur son coude, l’a guidée dans la pièce.

Valérie s’est figée, à deux pas du seuil de la porte, et ses yeux se sont agrandis.

À première vue, cela ressemblait à un club ordinaire. Un bar le long du mur le plus proche. Des clients assis sur des tabourets devant. Une piste de danse au milieu de la pièce, remplie de couples se triturant au rythme de la musique. Des cabines étaient situées le long du mur du fond, certaines occupées, d’autres vides. Un DJ était assis sur une élévation dans le coin gauche. L’endroit était sombre et enfumé, et sentait l’alcool, les cigares et quelque chose de vaguement familier que Valérie ne pouvait pas situer. Des lumières stroboscopiques perçaient l’obscurité au rythme du beat et éclairaient les clients.

Les hommes semblaient riches et influents. Habillés de vêtements de marque et de mocassins Gucci, ils respiraient le pouvoir et l’autorité. Valérie a réalisé que les voitures à l’extérieur leur appartenaient. Mais ce n’était pas ce qui l’avait figée dans son élan.

Tout près, dans un coin, un homme était appuyé, le dos contre le mur. Dans une main, il tenait un verre avec un liquide doré qui ressemblait à du whisky. Son autre main était étroitement enroulée dans les cheveux blond de la femme devant lui. Elle reposait sur ses genoux, son visage pressé contre son entrejambe. Rougissant, Valérie a détourné les yeux.

Une belle libertine aux cheveux foncés dans une robe blanche sur un tabouret devant le bar a attiré son attention. Un gentleman aux cheveux gris se tenait derrière elle, maintenant ses bras en l’air au-dessus de sa tête, ses poignets rassemblés dans une de ses mains. Son autre main caressait son visage. Un autre homme avait le nez enfoui dans ses seins et ses mains cachées sous sa jupe. Ses jambes étaient écartées, ses yeux étaient fermés et bien qu’elle ne puisse pas l’entendre par-dessus la musique, Valérie était convaincue que la libertine gémissait dans les affres de la passion. “Ils sont…” déglutit-elle à Nathan, les yeux ronds comme des soucoupes, quand pourtant quelque chose d’autre attira son attention et la coupa court.

De l’autre côté de la piste de danse, dans l’une des cabines, un autre gentleman bien habillé était perché sur le bord du siège recouvert de velours. Une femme était allongée face à lui sur ses genoux, ses fesses pâles et nues reflétant la lumière des lampes colorées. Sa main ne cessait de s’abattre sur sa peau nue et Valérie pouvait imaginer qu’elle entendait le son des claques par-dessus le rythme. Les remarques de Nathan pendant le dîner sur son envie de donner une fessée à l’actrice ont pris un tout autre sens.

Valérie a aspiré un souffle frissonnant, ne s’étant pas rendu compte qu’elle l’avait retenu jusqu’à présent. Son cœur battait dans sa gorge et la panique faisait monter l’adrénaline dans ses veines. Elle a tourné sur ses talons pour fuir ce lieu d’horreurs et s’est heurtée à Nathan dont les bras solides autour de sa taille l’ont stabilisée. “Laisse-moi partir”, a-t-elle sangloté, se débattant contre son emprise. Il n’a pas cédé.

“Tu m’as promis une heure”, a-t-il grogné à son oreille. Elle a arrêté de se débattre. C’était vrai. Il lui avait demandé de garder l’esprit ouvert, pendant une heure. Mais ça… ça…

Nathan a placé un doigt sous son menton et a soulevé son visage pour pouvoir la regarder de haut. “Valérie, fais-moi confiance”, a-t-il dit, sa voix redevenant douce. “Donne-moi une chance de t’expliquer.”

La compréhension a commencé à poindre pour elle. Nathan avait été tellement content quand elle avait accepté son petit jeu de l’attacher. Et il était clairement un visiteur régulier de ce club. Valérie n’était pas sûre d’être la femme pour lui s’il cherchait ce qu’elle pensait qu’il cherchait. Mais elle avait promis de lui donner une heure. Elle n’avait jamais reculé d’une promesse auparavant.

“Une heure”. Elle lui a lancé un regard noir. “Et ensuite tu me ramèneras à la maison.”

Il a fait un signe de tête. “Si c’est ce que tu veux”.

Nathan l’a conduite au bar et a fait signe à l’un des tabourets. Valérie était sur le point de monter lorsque quelqu’un l’a frôlée. ” Scusez-nous “, a marmonné une voix masculine. Elle s’est retournée et sa mâchoire est tombée. Une femme aux cheveux auburn est passée devant elle. Elle était conduite par une laisse attachée à un collier en cuir autour de son cou. Par des fentes dans le devant de sa robe -si on peut appeler ça une robe- ses seins se pressaient et se balançaient au passage. De petits anneaux perçaient ses mamelons et scintillaient sous les lumières stroboscopiques.

Nathan a gloussé devant la consternation évidente de Valérie et elle lui a lancé un regard accusateur. “Ne t’inquiète pas, ma chérie” a-t-il dit, se penchant vers elle pour que son souffle caresse sa joue. “Elle s’amuse autant que lui. Comme tout le monde.” Le regard de Valérie a suivi la femme en laisse à travers la pièce, gênée par ce qu’elle voyait et en même temps incapable d’arracher ses yeux. “Crois-moi, tout le monde est venu ici de son plein gré.”

Valérie l’a étudié pendant un moment, puis a hoché la tête. “Ok, je vais accepter ça”, a-t-elle admis. “Pourquoi m’as-tu amenée ici ?”

Il n’a pas répondu tout de suite. Au lieu de cela, il a cherché le contact visuel avec le barman et leur a commandé des boissons. “Je prendrai un whisky on the rocks, et la dame ici présente prendra un jus d’orange”. La tête de Valérie s’est levée. Il savait qu’elle aimait boire du vin blanc lorsqu’ils étaient de sortie. Nathan s’est retourné vers elle et a répondu en premier à sa question non posée. “Je veux que tu sois sobre”, a-t-il dit. “Je veux que tu sois pleinement consciente de ce que tu vois, de ce que tu ressens. Je ne veux pas que tu fasses un choix avec un cerveau émoussé par l’alcool.” Il a fait une pause, a bu une gorgée de sa boisson, puis a répondu à sa question précédente.

“Pourquoi t’ai-je amenée ici ? Comme je l’ai dit, tu es très spéciale. J’aime passer du temps avec toi. J’aime beaucoup cela. Et j’aime le contrôle. J’aime… les jeux. Il a fait un vague signe de la main pour embrasser toute la pièce.

“Je n’aime pas”, bafouille Valérie.

“Vraiment ?” Nathan a levé un sourcil vers elle. “Je crois que si. Je crois que tu aimes renoncer au contrôle. Tu as aimé que je t’attache dans ma chambre, n’est-ce pas ? Et tu aimes que je prenne les choses en main lorsque nous faisons l’amour. Tu m’as permis de décider ce que tu avais pour le dîner, plus tôt dans la soirée. Tu m’as même laissé déterminer quelle robe tu porterais ce soir.”

“Oui, mais c’était…”

“Différent ? Comment ? Valérie, les gens que tu vois ici, ils se soucient les uns des autres. Ils ont un accord mutuel. Penses-tu que ces filles sont des créatures sans volonté propre, qu’elles sont maltraitées pour le plaisir des autres ?”

Valérie a hoché la tête. “Oui.” C’était certainement ce dont ça avait l’air.

Nathan a poussé un rire fatigué. “Tu as tort. Ces filles sont autant en contrôle de leur destin que n’importe quelle fille. As-tu la moindre idée du pouvoir qu’une femme détient lorsqu’elle plie sa volonté aux souhaits d’un homme ?”

Valérie a secoué non. Elle n’y avait jamais beaucoup pensé. Elle a protesté : “Mais… cette fille-là… le type la fessait.”

“Parce qu’elle l’a laissé faire”, a dit Nathan. “Et a aimé ça.”

“Et si quelqu’un était blessé ?” Valérie a demandé avec entêtement.

Nathan a secoué la tête. “Cela n’arrivera pas. Tout le monde se sera mis d’accord sur un mot de sécurité. Tu sais ce qu’est un mot de sécurité ?” Valérie a donné une autre secousse et a siroté son jus d’orange.

Nathan a expliqué. “Rien ne se passe contre la volonté du… sujet. Si quelqu’un essaie de dépasser les limites d’une fille, elle dira son mot de sécurité. Tous les jeux se saisissent en même temps. Il ne s’agit pas de douleur, de pouvoir ou d’humiliation, Valérie. Il s’agit d’amusement, de jeux et d’amour. C’est excitant.”

Ses yeux bleus l’ont étudiée à travers ses cils, par-dessus son verre. Valérie l’a fixé en retour, puis a détourné les yeux et a balayé la pièce une fois de plus. Ses mots avaient du sens, ce qu’elle voyait lui donnait raison. Personne n’avait l’air effrayé, rancunier ou alarmé. Elle s’est souvenue de la femme sur le tabouret de bar qu’elle avait observée lorsqu’ils sont entrés, de la façon dont ses yeux étaient retournés dans sa tête et comment elle profitait pleinement de l’attention que les deux hommes lui prodiguaient. Et là-bas, dans la cabine, la fille qui avait reçu la fessée se reposait sur les genoux de son bourreau, lovée contre sa poitrine et semblant tout à fait satisfaite avec un sourire rêveur autour des lèvres. Alors que Valérie la fixait, la fille a levé les yeux et a croisé son regard. Elle a fait un sourire fier et Valérie a rougi en détournant le regard.

Le rougissement n’était pas perdu pour Nathan. Il a fait glisser ses doigts sur son bras nu et a été récompensé par la chair de poule qui s’est formée là où il l’a touchée. Sa main a remonté le long de son bras et s’est arrêtée dans son cou où elle a commencé à jouer avec le petit duvet qui poussait à la lisière de ses cheveux. Valérie a frissonné. C’était l’un de ses points sensibles, quelque chose que Nathan avait découvert lors de leur deuxième rendez-vous.

“Tu vois ?” a-t-il dit, rapprochant son tabouret du sien. Elle pouvait sentir l’alcool dans son haleine. “Est-ce qu’elle ressemble à une femme soumise qui vient d’être abusée ?”

“Non”, a répondu Valérie dans un murmure. “Elle a l’air… heureuse.”

“Dis-moi”, a poursuivi Nathan à voix basse. “As-tu aimé quand je t’ai attachée ?”

“Oui”, a soufflé Valérie. La main de Nathan continuait à jouer avec les cheveux de son cou, tirant doucement et faisant tourner les mèches autour de ses doigts. Son autre main s’était frayé un chemin entre leurs corps et rampait le long de sa cuisse, le pouce dessinant des cercles sur sa chair. Involontairement, Valérie s’est déplacée et ses genoux se sont écartés d’eux-mêmes, lui offrant un accès plus facile. Elle déglutit devant les sensations que son toucher faisait courir en elle.

“Qu’as-tu aimé ?” a demandé Nathan.

Valérie a essayé de se souvenir, elle voulait mettre des mots sur ses sentiments mais sa main entre ses jambes l’a distraite. Il avait atteint le bord de la culotte en satin ; son pouce a effleuré la matière lisse, les sensations transportées par le tissu fin jusqu’aux terminaisons nerveuses de sa peau. Un de ses doigts a glissé sous le bord de la culotte et a effleuré les poils bouclés qui couvraient son monticule.

“Uhnnn,” gémit Valérie. Respirer était devenu difficile, sans parler de parler. “J’ai aimé. Être sans défense. En ton pouvoir,” dit-elle par petites touches. Ses doigts avaient écarté le satin et caressaient les lèvres de sa chatte. Quelque chose s’est resserré dans le bas de son ventre et elle s’est à nouveau déplacée sur le tabouret. Elle avait chaud et avait des vertiges. Nathan a rapproché son visage du sien et a mordillé le lobe de son oreille.

“Comme maintenant ?” a-t-il demandé, sa voix n’étant qu’une simple bouffée d’air dans son oreille. Un doigt a glissé dans son ouverture humide, suivi d’un deuxième. Son pouce a frotté son clitoris.

“Yesss”, a sifflé Valérie. Elle devrait se soucier du fait qu’ils étaient dans un lieu public, que des gens pourraient regarder. Mais elle ne l’a pas fait. Tout ce qui l’intéressait, c’était ces doigts puissants enfouis profondément en elle, les lèvres chaudes sur sa tempe et la sensation d’impuissance totale à son contact. Elle était si proche du bord. Il suffirait de quelques bons coups pour qu’elle…

“Bonne soumise”, a dit Nathan. Il a retiré sa main et s’est assis droit. Des larmes de déception ont brûlé derrière les yeux de Valérie. “Tiens.” Il lui a offert ses doigts, luisants de ses jus. Les yeux de Valérie sont devenus ronds et elle a fixé Nathan. Elle a dégluti ; elle n’avait jamais… Il lui a fait un signe de tête encourageant et à sa grande surprise, elle a ouvert la bouche et a aspiré ses doigts. Le goût de ses jus était salé sur sa langue, mais pas désagréable. Elle a léché ses doigts pour les nettoyer. Quand elle les a lâchés, il l’a embrassée. Sa langue a sondé, demandant l’accès et elle a obéi avec plaisir, écartant ses lèvres pour qu’il puisse explorer la caverne chaude de sa bouche. La douleur qui était restée dans son abdomen est revenue de toute sa force et son clitoris palpitait de désir inassouvi.

Nathan s’est retiré. “Ton heure est écoulée”, a-t-il annoncé. “On y va ?”

Surprise, Valérie a pris son poignet pour jeter un coup d’œil à sa montre. Nathan avait raison, cela faisait une heure qu’ils étaient dans cet endroit. Une heure et cinq minutes, même. Le temps avait filé à toute allure. Elle a jeté un autre coup d’œil furtif dans la pièce. La femme soumise qui l’avait frôlée plus tôt, celle avec le collier, dansait avec son partenaire. Ses seins se trémoussaient au rythme de la musique, les bagues étincelaient et elle faisait crisser ses hanches contre l’homme devant elle, jusqu’à ce qu’il ait l’air tout chaud.

Valérie a hésité. Elle savait qu’elle pouvait s’en aller sans conséquences. Nathan tiendrait sa promesse ; il ne mentionnerait plus jamais cet endroit. Il voudrait probablement continuer à sortir avec elle aussi. Cependant, Valérie savait qu’elle n’aurait jamais l’occasion de connaître le vrai dominant, le vrai Nathan, si elle partait maintenant. De plus, les expériences de cette nuit, les choses qu’elle avait vues, avaient réveillé quelque chose en elle. Quelque chose dont elle ignorait l’existence. Une passion, un désir, un besoin de se donner à cet homme qui attendait sa décision : elle voulait lui appartenir.

Avant qu’elle ne puisse changer d’avis, Valérie a secoué la tête. “Non. Je pense que j’aimerais rester un peu plus longtemps.”

Le dominateur a réussi à avoir l’air suffisant et soulagé en même temps. “Je savais que ça te plairait”, a-t-il souri. Intérieurement, Valérie a souri. Il avait peut-être raison, à propos du pouvoir d’une femme. L’affection l’a envahie à l’idée qu’elle avait fait naître ce sourire sur son visage, lorsqu’elle a pris la décision de rester.

Il l’a tirée vers lui, l’a embrassée à nouveau et l’a serrée très fort dans ses bras. Si fort, en fait, qu’elle pouvait sentir la bosse qui se tendait contre son pantalon. La soumise a réalisé que Nathan était aussi excité par son consentement à rester qu’elle l’avait été lorsqu’il l’avait fait jouir ici même sur ce tabouret. Enfin, il l’a presque fait jouir, pensa-t-elle avec un soupir de déception en lui rendant son étreinte.

“Dansons”, dit Nathan. Sans attendre de réponse, il l’a entraînée avec lui vers la piste de danse. Une chanson uptempo passait, quelque chose des années 80, pensa Valérie. Elle pouvait chanter avec les paroles mais ne se souvenait ni de l’artiste ni du titre de la chanson. Cela n’avait pas d’importance. Nathan était un bon danseur et elle avait l’impression de flotter sur la piste de danse lorsqu’il l’entraînait dans les motifs les plus complexes. La pièce s’est transformée en un flou de couleurs et tout ce qu’elle voyait nettement était le visage de l’homme dans les bras duquel elle se reposait. La soumise était essoufflée lorsque la chanson s’est enfin terminée et a ri lorsque Nathan l’a lâchée. Elle a essayé de reprendre son souffle.

Le DJ a mis une chanson lente et Nathan a levé un sourcil. Oh oui, elle voulait danser encore un peu. Au moins, cette chanson lui donnerait une chance de reprendre son souffle. Valérie est retournée dans les bras de Nathan et a posé sa joue contre sa poitrine tandis qu’ils se balançaient sur la musique. Autour d’eux, d’autres couples faisaient de même. Valérie ne les a pas vus. Elle était seulement consciente des mains chaudes sur le bas de son dos, de son souffle qui chatouillait les cheveux de son cuir chevelu et du battement régulier de son cœur sous son oreille.

“Valérie ? Enlève ta culotte.” Les mots étaient doux à son oreille et au début, elle était convaincue de les avoir mal entendus.

“Quoi ?”

“Tu m’as entendu”, a dit Nathan. “Ta culotte. Je veux que tu l’enlèves.”

“Quoi ?” Valérie a encore répété, bêtement. “Ici ? Maintenant ?” Elle a jeté un coup d’œil autour d’elle, voyant pour la première fois le sol densément rempli et les personnes qui regardaient les danseurs depuis les cabines et les tabourets de bar. “Les gens vont voir…” Elle s’est reculée pour pouvoir lever les yeux vers son visage.

“Je sais”, a dit Nathan. Un sourire jouait autour de ses lèvres mais le regard qu’il avait dans les yeux témoignait du danger qu’elle courait. Valérie a dégluti, commençant à comprendre ce que sa décision de rester signifierait, pour elle, pour leur vie ensemble.

“Je…” Valérie a commencé. Un autre couple est passé devant eux ; la robe de la femme était remontée sur ses hanches et elle était nue en dessous. Les mains de l’homme se sont enfoncées dans ses fesses. Valérie a détourné le regard, cherchant une échappatoire et, n’en trouvant aucune, a relevé les yeux vers Nathan. Son expression était indéchiffrable. Valérie a dégluti. “D’accord”, a-t-elle murmuré, un rougissement cramoisi apparaissant sur ses joues à l’idée de ce qu’elle s’apprêtait à faire.

Et comment diable enlevait-on sa culotte tout en dansant un slow sur un plancher bondé ? Nathan a commencé à soulever sa robe. “Ça va être facile”, a-t-il dit. “Ne t’inquiète pas pour les autres.” Valérie a de nouveau dégluti, sa gorge s’est soudainement transformée en parchemin, et une légère nausée a commencé à se développer dans son estomac. Dans quoi s’était-elle fourrée ?

Cependant, au même moment, un picotement familier a commencé à se manifester dans son bas-ventre, là où ses jambes rejoignaient son corps. Son clitoris, dont la satisfaction avait été refusée plus tôt, a commencé à palpiter douloureusement à la seule pensée de ce que Nathan lui demandait. Elle a senti une humidité fraîche commencer à se former dans ses plis et cela l’a horrifiée. Et si elle enlevait la culotte ? Rien n’empêcherait l’humidité de couler le long de ses jambes ou de s’infiltrer dans le tissu de sa robe.

Comme s’il pouvait lire dans ses pensées, Nathan l’a repoussée un peu et a regardé son visage d’un air sévère. “Valérie. Je veux que tu fasses ce que j’ai dit.” Il avait soulevé sa robe presque jusqu’à ses hanches et s’il la remontait encore plus haut, Valérie savait que le satin couleur pêche serait à la vue de tous ceux qui voudraient bien regarder. Elle a acquiescé, s’est baissée pour pouvoir glisser ses doigts sous l’ourlet de la robe et les a accrochés sous le bord de la culotte. Ici, rien ne va, pensa-t-elle, et elle tira le tissu vers le bas. Il a collé brièvement contre son entrejambe humide, puis a lâché.

Quand elle est arrivée au bout de sa portée, la culotte n’était qu’à moitié descendue sur ses cuisses et collait à sa peau. Elle a levé les yeux vers Nathan. Il avait laissé tomber la robe en même temps que la culotte et Valérie pensait que ses actions jusqu’à présent étaient peut-être couvertes par celle-ci. Ou du moins l’espérait-elle.

“Tu vas devoir te pencher”, l’a informée Nathan, presque cruellement. “Ou lever tes pieds.” Ses joues étaient encore plus rouges lorsque le sang s’y engouffrait. Elle a secoué la tête. “Quoi ?” a-t-il demandé. “Tu veux te promener avec ta culotte en berne ?” Valérie a de nouveau secoué la tête. “Valérie, personne ne se soucie de ce que tu fais. Sauf moi.” Sa voix s’était adoucie à mesure qu’il se rendait compte de la profondeur de son embarras.

Elle a pris une profonde inspiration frémissante, a hoché la tête et s’est penchée pour faire glisser la culotte le long du reste de ses jambes aussi vite qu’elle le pouvait. Dans sa hâte, elle s’est emmêlée avec les talons hauts et seule l’action rapide de Nathan l’a empêchée de tomber face en avant sur le sol. Cela, pensa-t-elle en essayant de retrouver son équilibre avec ses mains qui l’aidaient à se stabiliser, aurait été l’exemple même de la honte.

“C’est facile”, a gloussé Nathan. Il l’a tirée près de sa poitrine et Valérie a essayé de calmer sa respiration irrégulière. Elle a gardé la culotte en boule dans son poing. Sa tête pendait en avant, ses cheveux couvrant son visage. Quand sa respiration a été plus régulière et que ses joues n’étaient plus aussi brûlantes, Nathan a demandé : “Tiens-la devant moi”. Sa tête s’est levée d’un coup. Il ne pouvait pas être sérieux, n’est-ce pas ? L’expression de son visage lui a dit qu’il était aussi sérieux que l’enfer. Son rougissement a dû se répandre sur tout son corps – c’est en tout cas ce qu’elle ressentait : elle rayonnait de la tête aux pieds. En gardant les yeux fixés sur la poitrine de Nathan, elle a brandi sa ficelle fragile pour que tout le monde puisse la voir. Nathan a attendu quelques secondes, a hoché la tête en signe de satisfaction, a accepté la culotte et, au grand soulagement de Valérie, l’a glissée dans la poche de son pantalon. Elle s’était à moitié attendue à ce qu’il expose le vêtement dans la poche de poitrine de sa veste.

Nathan a souri, un sourire plein d’affection, et l’a attirée de nouveau dans son étreinte. Elle l’a laissé faire, se sentant en sécurité dans le cercle de ces bras forts, se cachant de la dérision qui les attendait sans doute à l’extérieur. Mais après plusieurs minutes, ses sentiments ont commencé à changer. Avait-elle vraiment fait ce qu’elle venait de faire ? Elle, Valerie Grant, assistante dans un petit bureau immobilier ? Ouah. Un sentiment d’exaltation l’a envahie et elle a laissé échapper une inspiration. Elle a levé les yeux et a cherché le visage de Nathan. Il lui a souri.

“Tu t’es bien débrouillée, Valérie”, a-t-il chuchoté, le ton rempli de tendresse. “Je sais que c’était difficile. Je suis si fier de toi !” Valérie s’est sentie gonflée par ses louanges. Nathan était fier d’elle. Bon sang, elle était fière d’elle-même ! Elle n’avait jamais fait quelque chose d’aussi audacieux.

“Merci”, a-t-elle murmuré. Il a planté un baiser sur le dessus de sa tête en guise de réponse.

Lorsque la chanson a été terminée, Nathan l’a guidée vers l’une des cabines. Sa main s’est posée sur le bas de son dos et ses doigts se sont étendus sur ses fesses. La chaleur de son toucher s’infiltrait dans sa robe et contrastait fortement avec l’air frais qui s’engouffrait dans sa chatte nue lorsqu’elle marchait. Ces deux sensations ont rendu Valérie extrêmement consciente du fait qu’elle était complètement nue sous la robe. Cette pensée était excitante et sa chatte a commencé à briller d’une chaleur renouvelée. Ses mamelons se sont hérissés et se sont tendus contre la robe. Elle espérait que personne ne le remarquerait.

“Je vais nous chercher de nouvelles boissons”, a dit Nathan en la guidant pour qu’elle s’assoie dans le stand. Il n’a donné aucune indication qu’il avait remarqué son état d’excitation. Il s’est dirigé vers le bar et Valérie l’a suivi des yeux. Elle a admiré son dos fort et ses épaules bien formées, à peine cachées par la veste. Il était content d’elle, elle le voyait bien, et cette pensée la rendait heureuse. Elle se demandait quand et où cette soirée allait se terminer, quand il allait lui permettre la libération que son corps désirait tant. Être sans culotte ne faisait qu’augmenter la démangeaison dans son aine.

“Nous n’avons pas encore été présentés. Ça te dérange si je m’assois ?” Une voix masculine a empiété sur ses rêveries et Valérie a levé les yeux. Un grand homme aux traits ciselés et aux cheveux noirs la regardait, un verre de bière dans sa main droite. Il lui était légèrement familier et Valérie pensait l’avoir vu une ou deux fois dans l’un des feuilletons de la journée. Elle ne se souvenait cependant pas de son nom. Elle a jeté un regard furtif en direction du bar mais Nathan était occupé à commander leurs boissons.

“Je… suppose”, dit-elle en se glissant plus profondément dans la cabine pour faire de la place.

“Je m’appelle Curtis”, a-t-il dit, et il lui a tendu la main pour qu’elle la serre.

“Valerie”, a-t-elle répondu, en regardant à nouveau le bar. Elle n’était pas sûre de la façon dont Nathan réagirait au fait qu’elle parle à un étranger dans *ce* lieu.

“J’ai vu ta… performance, pour l’instant.” Curtis a souri et a fait un signe de tête vers la piste de danse pour indiquer à quelle performance il faisait référence. Les yeux de Valérie se sont élargis de consternation et elle s’est enfoncée plus profondément dans la cabine. “Tu es nouvelle, n’est-ce pas ?” a-t-il poursuivi, apparemment inconscient de son malaise. “Tu t’es très bien débrouillée.”

“Salut”. C’était la voix de Nathan et Valérie a levé les yeux avec un soulagement évident. Il était de retour. Il dirait à Curtis de la laisser tranquille. Mais à sa grande surprise, Nathan lui a souri, a posé un autre verre de jus devant elle et s’est glissé dans le stand de l’autre côté. Les deux hommes la tenaient à l’écart.

“Content de te voir, Nate”, a dit Curtis. Ils se sont serré la main de l’autre côté de la table. “Je disais justement à ta copine qu’elle a donné un sacré spectacle.”

Nathan a souri et malgré sa gêne, Valérie a pu voir la fierté dans ses yeux. “Oui, elle l’a fait, n’est-ce pas ? Valérie ici présente va être un sacré prix.” Il s’est penché sur le côté pour faire courir ses lèvres le long de sa tempe et une main a caressé son sein droit à travers la robe. Elle s’est déplacée, mal à l’aise qu’il la touche de cette façon avec un autre homme présent. Sa main gauche, cependant, s’est glissée autour de sa taille et il l’a serrée contre lui pour qu’elle ne puisse pas glisser loin de lui.

“Cependant,” a poursuivi Curtis après avoir pris une gorgée de sa bière, “je vois qu’elle va avoir besoin de cours particuliers.”

Nathan a hoché la tête. “Oui, elle en a besoin. Ce soir, c’est la première fois qu’elle vient ici, alors tout est un peu nouveau et effrayant.”

C’était bizarre, qu’ils parlent d’elle comme si elle n’était pas là. Valérie a ressenti une poussée de colère et elle s’est raclée la gorge, bruyamment. Curtis s’est mis à rire. “Tu te sens un peu à l’écart, ma petite ?” a-t-il demandé. Valérie lui a lancé un regard furieux et s’est rapprochée de Nathan. Elle n’aimait pas cet étranger, ni la façon dont il parlait d’elle ou la regardait avec une convoitise à peine dissimulée. Et elle n’appréciait certainement pas qu’on l’appelle “petite”.

“Tu penses qu’elle peut supporter une autre leçon ce soir ?” La question de Curtis s’adressait à Nathan mais il gardait les yeux rivés sur ses seins. Au contact de Nathan, ses mamelons avaient fait leur apparition et ils étaient clairement visibles sous le tissu fin. Le regard de Curtis a agacé Valérie, mais en même temps, il l’a remplie d’un étrange sentiment de fierté : cet homme la trouvait désirable.

“Peut-être”, a dit Nathan. Il avait l’air un peu incertain. “Je ne lui ai pas encore attribué de mot de sécurité.”

“Ah.” Curtis s’est redressé. “C’est définitivement quelque chose dont nous devons nous occuper en premier”. Il a balayé la pièce du regard. “Et pourquoi pas… un palmier ?” Valérie a suivi ses yeux vers l’extrémité de la pièce où un palmier en néon clignotait au rythme du disque en cours.

“Palmier…” Nathan a répété le mot lentement, comme s’il goûtait son son sur sa langue. “Ça marche pour moi. Valérie, tu crois que tu peux te souvenir de ce ‘palmier’ ?”

Elle lui a lancé un regard noir. Qu’est-ce qu’elle était ? Une petite fille ? “Bien sûr que je peux.”

Il a ignoré le regard sombre qu’elle lui a lancé, à la place il a pris son menton pour rapprocher leurs visages. “Tu te souviens de ce que je t’ai dit sur l’utilisation de mots sûrs ?”

Valérie a hoché la tête, un peu décontenancée par le regard grave qu’il avait dans les yeux. “Oui. Quand… je… veux que tu arrêtes…”

Nathan a souri, s’est penché en avant et a embrassé sa joue. “Bonne fille. N’oublie pas ça.”

“Alors, que penses-tu de cette leçon ?” Curtis insiste.

Nathan a ri. “Tu n’abandonnes jamais, n’est-ce pas ?”

Curtis a gloussé. “Non. Tu me connais. Toujours prêt à enseigner à un novice. Surtout une aussi jolie que ta petite ici.”

“Tu l’aimes vraiment, n’est-ce pas. Veux-tu voir ses seins ?” Valérie a sursauté à la question calme. Elle a tourné la tête vers Nathan, la question brûlant sur ses lèvres. Il ne le pensait pas vraiment, n’est-ce pas ? Il a saisi son désarroi. “Chut, bébé. Je t’ai dit que je ne laisserai rien de mal t’arriver. Fais-moi confiance. Rappelle-toi juste ton mot de sécurité.”

Valérie a hoché la tête, réticente. Oui, elle le ferait. Pourtant…

Nathan l’a soulevée pour pouvoir la tirer sur ses genoux. Curtis a levé ses mains vers les bretelles spaghetti sur ses épaules et Valérie les a repoussées d’une claque. Nathan a attrapé ses poignets. Elle s’est débattue mais il a maintenu ses mains fermes sur ses côtés. Un petit sanglot s’est échappé de sa gorge. “S’il te plaît…”

Curtis a regardé au-delà d’elle, ses yeux cherchant la permission de Nathan. Lorsqu’il a vu ce qu’il cherchait, il a commencé à faire descendre les sangles de ses épaules une par une, savourant le moment. Valérie a fermé les yeux et a frissonné aux doigts inconnus sur sa peau. Quelque chose a remué sous ses fesses. Elle s’est rendu compte que la perspective que cet inconnu la déshabille excitait Nathan. Elle frissonna à nouveau, sans trop savoir si c’était par dégoût ou par excitation.

Sa robe n’a pas résisté à Curtis qui a continué à pousser les bretelles le long de ses bras et avec une horreur croissante, Valérie a senti le tissu céder. Il a glissé le long de son corps, a contourné le gonflement supérieur de ses seins, a glissé sur les mamelons nerveux jusqu’à ce qu’il se libère et que sa poitrine soit nue. Elle a gémi, serrant les yeux fermés.

“Ouvre les yeux.” Le souffle de Nathan était chaud dans son oreille. Elle ne voulait pas obtempérer, elle ne voulait pas voir le regard de Curtis qui se délectait d’elle. Pourtant, elle savait qu’elle ne pouvait pas désobéir à Nathan ; il serait tellement déçu. Elle a pris une respiration tremblante et a fait ce qu’on lui a dit.

Son souffle était un sifflement, Curtis inspira. “Ils sont magnifiques.” Ses yeux étaient devenus sombres et avaient pris une lueur fiévreuse. Sous son regard intense, ses mamelons se sont raidis davantage comme s’ils possédaient une volonté propre. Nathan s’est déplacé et a tiré l’ourlet de sa robe vers le haut. Valérie s’est levée un peu, obéissante, jusqu’à ce que la robe glisse de dessous elle et ne soit plus qu’un drapé bordeaux autour de sa taille. Curtis a pris ses seins dans ses mains, les pesant, faisant rouler les mamelons entre ses pouces et ses doigts jusqu’à ce qu’elle siffle de douleur et de plaisir. La main de Nathan a trouvé ses plis, chauds et humides, et il a poussé deux doigts profondément en elle. Un ongle frôlait son clito ; chaque fois qu’il le touchait, un courant électrique partait de son museau et remontait le long de sa colonne vertébrale. Valérie a gémi ; elle avait rapidement atteint un état d’excitation élevé. Son corps n’avait pas encore oublié qu’on lui avait refusé un orgasme récemment. Son corps avait envie, non, exigeait d’être satisfait cette fois.

Curtis s’est penché en avant et a commencé à sucer ses tétons. D’abord le sein gauche. Il a sucé fort, puis a passé sa langue sur le mamelon avant de mordre légèrement. Valérie a poussé un autre gémissement et a arqué son dos, poussant ses seins contre son visage. Sa bouche était chaude, aussi chaude que l’intérieur de sa chatte où les doigts de Nathan la frottaient. Ses muscles se sont contractés autour de ses doigts et elle a grogné au fond de sa gorge. Valérie n’était plus consciente de son environnement, du club, de la musique retentissante ou des lumières clignotantes. Elle n’était pas non plus consciente des spectateurs qu’ils avaient attirés. Plusieurs couples s’étaient rassemblés autour de leur stand, profitant du spectacle autant que les artistes eux-mêmes. Des mains ont commencé à se tâter sous les robes ou se sont enfoncées dans les pantalons en mimant le spectacle qui se déroulait devant eux. Valérie n’a pas remarqué.

Son monde s’était contracté aux mains sur son corps et dans son corps, à la bouche chaude sur sa poitrine, à la langue chaude de Nathan qui léchait la peau sensible de son dos. Ses yeux s’étaient refermés et son corps a commencé à frémir alors qu’elle se sentait approcher du bord. Plus près, plus près, presque là…

La bouche de Curtis s’est refermée sur la sienne, la faisant sursauter et la distrayant pendant une brève et angoissante seconde. Ses mains étaient toujours sur ses seins, pétrissant cruellement la chair douce. Sa langue a pénétré dans sa bouche et sans réfléchir, Valérie l’a laissé entrer. Elle était proche. Si proche… Ses hanches ont commencé à rouler d’avant en arrière sur les doigts de Nathan pour tenter d’augmenter la friction. Il a gémi derrière elle.

Oh, comme sa frustration était grande lorsque ses doigts ont quitté ses plis chauds, la laissant à quelques centimètres de tomber dans l’oubli. Elle a grogné, bruyamment, un gémissement de déception répercuté par les spectateurs. Le désarroi de Valérie n’a pas duré longtemps. Des mains puissantes l’ont soulevée en hauteur, puis l’ont doucement reposée et l’ont empalée sur la queue dure de Nathan. Il l’a remplie, pulsant chaudement en elle. Valérie a soupiré de contentement. Oh yessss…

Elle a recommencé à faire tourner ses hanches, se balançant d’avant en arrière, chevauchant Nathan, tout en serrant plus fort ses seins dans les mains de Curtis. Un, deux, trois coups ont suffi et Valérie est tombée dans l’abîme. Des vagues de plaisir se sont abattues sur elle, encore et encore, lui coupant le souffle. Elle a crié. Ses yeux ont roulé dans sa tête et tout son corps s’est convulsé avec les spasmes d’un violent orgasme. Sous elle, Nathan a atteint son propre orgasme et a libéré sa charge chaude et collante au plus profond de son corps.

Les eaux se sont enfin calmées et elle a flotté à la surface. Son souffle est revenu, les battements de son cœur ont ralenti pour retrouver une cadence normale. Petit à petit, Valérie a pris conscience d’un bruit rythmique. Cela ressemblait à… des applaudissements ? Elle a forcé ses yeux à s’ouvrir et a vu pour la première fois la douzaine de personnes qui s’étaient rassemblées autour de leur stand pour la regarder apprendre sa première vraie leçon dans le monde de Nathan. Étonnamment, et pas le moins du monde pour elle-même, cela ne l’a pas embarrassée. Au lieu de cela, elle a souri doucement et s’est penchée en arrière pour que Nathan puisse croiser ses bras autour d’elle. Elle a incliné sa tête jusqu’à ce que sa joue repose sur sa poitrine. Il a embrassé son front.

“Bébé, tu étais magnifique. Je suis si fier de toi. Je t’aime.” Le cœur de Valérie a fait un bond au son de ces mots. Il n’avait jamais dit qu’il l’aimait avant. Elle a murmuré quelque chose qui ressemblait à “Je t’aime aussi” et s’est blottie contre lui, ses yeux se fermant.

* * *

Le visage de Curtis s’est tordu en un sourire alors qu’il se redressait et regardait le couple satisfait. Laisse à Nate le soin de trouver les meilleures filles. Il a fait signe aux badauds de partir. Le spectacle est terminé, les amis. Puis il a regardé autour de lui, à la recherche de sa femme. Il fallait s’occuper de l’érection douloureuse dans son pantalon. Et elle saurait très bien comment faire.

jeune femme decouvre plaisir soumission

© Copyright 2019 https://www.sexcorrect.com/ - Tous droits réservés