Cam torride avec une femme

Femme sexy & nue en cam

La meilleure pipe que j’ai fait – histoire de sexe

On était recroquevillés sur le canapé, en train de se détendre devant la télé. Rien d’excitant à mentionner. Mais je m’ennuyais. J’étais juste en train de courir ma main le long de sa jambe, touchant le bout de mes doigts contre lui. Masser doucement. Il était assis à côté de moi. J’ai touché du bout des doigts son jean, la couture du jean était rugueuse. J’ai intentionnellement pris mes ongles dans la couture, juste pour faire bouger un peu le pantalon. Juste une allumeuse.

Je l’ai taquiné pendant une demi-heure, lui passant les doigts sur la bite, son pantalon serré. Son pantalon était serré au début, et je savais qu’ils devenaient inconfortables. Il ouvrit son pantalon, laissant passer sa bite dure, le tissu de son caleçon serré. Je l’ai caressé à travers le tissu. Son caleçon était en coton. Étiquette de designer très chère. On s’était rencontré après plusieurs soirées en live show adulte. De fil en aiguille on était vraiment tombé amoureux de nous et de nos manières de faire le sexe.

J’ai laissé glisser mon index à travers le trou à l’avant de son caleçon, en brossant légèrement son manche puis la tête de sa bite dure. Je n’arrêtais pas de le caresser dans le tissu de son caleçon. J’ai levé les yeux, la tête appuyée contre sa poitrine. Il avait les yeux fermés. La télévision jouait pour son propre son.

J’ai fait une pause, j’ai retiré ma main. Sa poitrine est tendue. Ses jambes sont tendues. Je me suis léché les doigts. Puis j’ai glissé sa bite à travers la braguette déboutonnée de son caleçon et j’ai commencé à le caresser. Lentement et doucement. Je n’étais pas pressé de le précipiter vers l’orgasme. Je le caressais doucement, le serrant parfois plus fort, parfois plus vite. J’ai surtout voulu le masturber lentement. De haut en bas, en tournant ma main, en appréciant la sensation de sa bite dure dans ma main. Je me suis mouillé la main dans la bouche. Je l’ai caressé plus vigoureusement. Je l’entendais gémir.

Je me suis retourné sur le ventre sur le canapé, en me penchant sur ses genoux. J’ai un peu sorti ma langue, en posant la tête de sa bite sur le milieu de ma langue pendant un moment, avant de la faire courir autour de mes lèvres. J’ai léché le dessous de sa bite, en le regardant. Sa main a serré mon cul, mon jean s’est serré quand je me suis penché. J’ai enlevé ma chemise, et mon soutien-gorge Victoria Secret violet a laissé mes seins se frotter contre sa cuisse pendant que je tirais la tête de sa queue dans ma bouche. J’ai léché autour de la tête, en frappant plusieurs fois le dessous de ma langue. J’ai travaillé lentement et soigneusement, en m’assurant que le bout rose de ma langue caressait chaque partie de lui.

De la main gauche, je tenais ses couilles avec précaution, et de la main droite, je lui caressais la poitrine de temps en temps. J’ai pressé mes lèvres l’une contre l’autre, en l’embrassant le long de son axe. J’étais une allumeuse. J’ai senti ses doigts s’enfoncer dans mon dos. J’ai commencé à sucer fort, le tirant profondément dans ma gorge, massant sa bite dure avec ma langue pendant qu’il pressait la tête de sa queue dans ma gorge. J’ai poussé si profondément que mon nez touchait sa peau.

J’ai sucé, permettant à ma gorge de faire un peu de dur labeur, avalant un peu parfois pour que ma gorge masse sa bite aussi bien que ma langue. Je l’ai senti tendu. Il était presque prêt à venir pendant ma gorge profonde.

J’ai reculé.

J’ai frotté sa bite autour de mes lèvres comme une femme en appliquant du rouge à lèvres, en l’embrassant doucement, lui permettant de respirer. « Oh tu es cruel », murmura-t-il. J’ai souri. « Est-ce que ça te plaît ? » Il a demandé avec hésitation. « C’est ton anniversaire, après tout. »
« Oui, j’adore ça », j’ai dit. Mes lèvres pressées contre le dessous de sa bite, le regardant vers le haut. J’ai léché la tête de sa bite. « C’est parfait », ai-je souri.
Il s’est penché en arrière, les yeux fermés, la main détendue sur mon dos. Il est revenu du bord de l’orgasme.
J’ai recommencé à craindre. Doucement, en l’enfonçant dans ma gorge, la tête qui bouge de haut en bas alors qu’il me touche à l’arrière de la gorge. Il m’a brossé une mèche de cheveux bruns pour m’enlever le visage.
« Tu es si belle », chuchota-t-il.
Je n’ai pas fait de pause. J’ai juste continué à sucer et à apprécier la sensation de l’énerver. Ses doigts ont touché doucement la nuque de mon cou. J’ai senti ses mains trembler. Il se rapprochait. Je voulais qu’il vienne maintenant. Je l’ai taquiné pendant plus d’une heure, je l’ai sucé pendant 40 minutes. J’étais prêt. Je lui caressais les couilles avec soin dans le tissu de ses boxers, sans jamais les lâcher une seule fois. J’ai pris sa bite dans ma main droite, en commençant à masser prudemment du bout des doigts. Je l’ai encore fait descendre dans ma gorge, en me massant avec ma langue qui suçait, avalait. Il m’a caressé la joue puis a enfoncé ses doigts dans mon dos. Il est venu et m’a éjaculé son sperme directement dans la bouche. J’ai avalé chaque goutte de sa venue.

J’ai posé ma tête contre son ventre, sa main sur mes cheveux, le bout des doigts caressant ma joue.
« C’était incroyable. » Il a sursauté. Je me suis penché, sa main est tombée sur mon épaule et je l’ai embrassé. Il transpirait. Je l’avais poussé assez fort. J’ai reposé ma tête sur son ventre. J’ai tenu sa bite dans ma main quand elle s’est ramollie.

On s’est recroquevillés, en regardant le film sans rien faire. Je me suis tortillé, et je nous ai pris un verre. Je me suis recroquevillée à côté de lui, les personnages de la télé avaient une heure d’avance sur ce qu’on avait vu. On a rebroussé chemin. Il s’était remis dans son pantalon. J’ai posé ma main sur sa cuisse. Il m’embrassa doucement mais fermement. Presser ses lèvres contre les miennes, masser ma langue avec les siennes. Il s’est penché en avant, m’a embrassé le cou et m’a murmuré : « Tu es incroyable. » Il était exceptionnellement plein de compliments. Je lui ai serré la cuisse quand il m’a embrassé le cou. Je l’ai encore senti trembler.

Quelques instants plus tard, j’ai sorti sa bite de son pantalon, et je brossais, léchais et suçais. Je l’ai embrassé tous les millimètres. Je l’ai regardé, son visage était un mélange de surprise et de joie. Je l’ai aspiré dans ma gorge. Je voulais qu’il vienne cette fois. Je l’avais assez taquiné la dernière fois. J’ai sucé et massé, appréciant les sentiments de tout à l’heure, ce qui leur a permis de me submerger à nouveau. J’ai frotté la tête de sa bite le long du palais de ma bouche, laissant les différentes sensations de mes lèvres, de ma langue, de ma gorge et de ma bouche l’enchanter,

Il a touché mes cheveux. J’ai appuyé mes lèvres contre la tête de sa bite « C’est ça, bébé, touche mes cheveux, j’adore quand tu me montres ce que tu veux. » Il haleta et pressa ma tête vers le bas, me tirant légèrement vers le haut par les cheveux. Ce n’était pas dur, juste directif. Il me montrait exactement quoi faire cette fois-ci.

J’ai entendu ses gémissements, j’ai senti sa prise sur mes cheveux se resserrer, le désespoir d’un orgasme final. J’étais vraiment nul. Comme il était prêt, il a tiré ma tête de sorte que la tête de sa bite a été pressé contre le milieu de ma langue. Je l’ai caressé du bout de la langue. Il est venu. Moins cette fois, mais j’ai entendu sa respiration, tranchante et rauque. Sa prise a lâché sur mes cheveux. Il est revenu me caresser doucement la joue du bout des doigts. J’ai laissé sa bite se ramollir dans ma bouche. J’ai remis sa bite dans son pantalon. Je me suis recroquevillée à côté de lui.

Il m’a souri. « C’était les meilleures pipes ». J’ai souri. Je pense que c’était probablement deux de mes meilleurs efforts…

© Copyright 2019 http://www.sexcorrect.com/ - Tous droits réservés